Scénario 1

L’âge de la retraite a sonné pour Paul. Montre en or et fonds de pension dans ses poches, il évalue sa situation. Avec la fin de son emploi, il perd son assurance vie.  Il veut s’assurer qu’à son décès, sa conjointe pourra acquitter ses frais funéraires et ses dettes.

Assurance vie simplifiée

Paul pourra souscrire une assurance vie simplifiée. On lui posera quelques questions, pas de tests médicaux, un simple rapport de son médecin devrait permettre l’émission de la police. Dans la majorité des cas, il y a un délai de 2 ans si le décès est causé par une maladie. Paul pourra ainsi s’assurer facilement pour un maximum de 25 000$.

Contrairement à la croyance populaire, il existe une variété de contrats d’assurance vie qui s’adressent aux 60-70 ans. Certains allant jusqu’à 200 000$ ou plus. Il est important de consulter son conseiller en sécurité financière.

Scénario 2

Jean a trimé fort toute sa vie à monter son entreprise. Il vient de la vendre et empochera prochainement une somme importante. Il a une « grosse police d’assurance vie universelle ». Il rencontre son planificateur financier à plusieurs reprises. À la fin du processus, ce dernier lui annonce qu’il est prévisible que l’héritage familial sera grugé de près d’un million de dollars en impôts au décès du dernier survivant.

Assurance protection du patrimoine

Même à 60 ou 70, Jean et son épouse pourraient souscrire une assurance vie au second décès pour contrebalancer les impôts exigibles sur le patrimoine familial. Il existe de nombreux contrats d’assurance pour protéger le patrimoine familial.

Étant donné que la prime et/ou même la possibilité de s’assurer dépendent de l’état de santé de Jean et de sa conjointe, il est important d’agir tôt.

Jean Vachon